[INTERVIEW] La Horde : Quand des étudiants font vivre un livre d’Alain Damasio !

La horde

Il y a un petit mois, j’ai eu le plaisir de découvrir “La Horde” un Indie Game créé par 12 étudiants dans le cadre d’un projet d’étude, la formation Gamagora, à l’université de Lyon II. Ce jeu faisait parti de quatre projets, 4 Guns 4 Guys, Les Fragments d’Erule, The Tower et bien évidemment, La Horde qui a été le projet à le plus attiré mon attention et c’est pour cela que j’ai désiré interviewer les créateurs ! C’est Hugo, Illustrateur qui s’est prêté à l’exercice !

Qu’est-ce que Gamagora ?

C’est une formation qui regroupe dans une seule promotion les trois grands corps de métiers du jeu vidéo : des graphistes 3D, des programmeurs et des level & games designers.

L’année se divise pour faire simple en trois parties, quatre mois de cours en trois classes séparées, en parallèle desquels s’ont montés les projets et les équipes de fin d’année. Ensuite on les équipes se regroupent pour trois mois de développement à temps plein en quasi-autonomie et cela abouti à la présentation des jeux qui ont eu lieu au Gamagora Game Show fin avril.

Parlons maintenant plus précisément du jeu, J’ai lu que vous vous étiez inspiré d’un livre de Alain Damasio, vous pouvez m’en dire plus sur l’histoire du jeu ?

Bien sûr ; pour ceux qui ne connaissent pas, voilà l’univers qu’a dépeint Alain Damasio : dans un monde balayé d’est en ouest par une tempête permanente, un groupe de marcheurs, une Horde, a été formé depuis l’enfance à remonter le vent, ce qu’il appelle le Contre. ils ont un seul but : atteindre l’Extrême-Amont, la source supposée de tous les vents. Le livre nous raconte l’histoire de la 34ème Horde. C’est la dernière à être envoyée, celle qui représente l’ultime mais aussi la meilleure chance de découvrir l’Extrême-Amont.

La Horde

Le jeu prend place quelque part avant les événement du livre : les Hordes font partie d’une institution établie, mais les routes sont pas encore bien connues. Le joueur devra Tracer son propre chemin, en tenant compte des information des ses Maîtres, et à l’instinct.

Ayant une période de préproduction très réduite, on n’a pas pu développer de réel arc narratif. En contrepartie on a privilégié le gameplay, la priorité étant de rendre au maximum la sensation du Contre. Et les concepts, au travers desquels on a voulu imaginer une partie du monde et de son Histoire qui n’ont pas été décrits dans le livre.

En somme, vous écrivez l’histoire de votre Horde.

Comment vous est venue l’idée de vous inspirer d’un livre et avez-vous été en contact avec l’auteur ? Qu’en pense t’il ?

Déjà, il faut savoir que fin septembre tous les étudiants sont invités à proposer un concept de jeu. Tous ces concepts font l’objet de plusieurs filtrages jusqu’en Janvier, ou il n’en reste que quatre.

J’avais envie de tenter ma chance ; seul problème, je ne me sentais pas l’âme d’un game designer. Du coup j’ai pris un autre angle : j’ai présenté un univers : celui de La Horde du Contrevent.

Pour moi c’était le livre idéal. La contrainte de jouer avec ce vent perpétuel faisait office de dénominateur commun à la fois pour les graphismes et pour le game design. Ensuite le concept du jeu a évolué très progressivement, au fur et a mesure que ceux qui m’ont rejoint apportaient leur pierre à l’édifice. C’était très excitant de voir comment on est parvenu ensemble à construire quelque chose de concret, alors que ma première présentation tenait sur un bout de papier froissé.

La Horde La Horde

Pris par l’engouement la production, on a pris contact avec Alain Damasio alors qu’on avait déjà bien avancé dans le processus … Et on a eu de la chance ! Il a été très ouvert et nous a donné son accord avec bienveillance sans poser d’autre question que “Ai-je une chance d’y jouer sur Mac ?” (à laquelle nos programmeurs on répondu en secouant la tête d’un air fataliste).

Depuis, on a eu la chance de le rencontrer, et même de le faire jouer (sur PC, attention). Il s’est montré enthousiaste, voire franchement sympathique. Ça signifiait d’autant plus pour nous, qu’on avait appris entre temps l’existence d’un projet d’adaptation de ce même livre par un gros studio, aujourd’hui malheureusement avorté.

Pouvez-vous présenter les membres de la hordes car les futurs joueurs découvriront que chacun à ses spécificités, ses points forts et ses points faibles ?

Bon forcément, il n’y avait pas assez de place sur l’écran pour une Horde à la mesure de celle du livre (une vingtaine de personnages !). Pour le jeu, on a réduit a neuf, et créé cinq “classes” :

– Le Traceur, toujours en avant de la formation, il est le plus résistant, le guide, et peut entraîner les autres dans sa course.
– L’Aéromaître et le Géomaître des spécialistes, moins résistant. Ils délivrent des informations cruciales sur la route à prendre et le rythme du vent.
– Le Scribe, lui, est toujours au centre, à l’abri. Il est la mémoire de la Horde, et doit donc survivre à tout prix.
– Les Piliers, qui appuient le Traceur ; ils n’ont pas de compétence spécifique, mais sont plutôt résistants.

La Horde

L’idée c’est vraiment de rendre possible plusieurs styles de jeu : on peut adopter l’approche frontale, et améliorer la résistance de ses personnages, ou bien prendre soin de ses Maîtres et jouer plus tactique.

Côté plus technique, combien de temps pour concevoir un jeu comme “La Horde” ?

Alors, le développement du concept s’est étalé sur quelques mois, en parallèle des cours, jalonnés par les étapes de filtrage.

Par contre, la période de production a proprement parler devait absolument s’inscrire dans les trois derniers mois. Du coup, chaque choix de production a été fait en fonction cette contrainte. D’un côté c’était très frustrant, mais de l’autre ça nous a poussé à nous focaliser sur l’essentiel.

Au final, La Horde c’est vraiment un prototype, une preuve de concept par rapport au jeu complet qu’on avait imaginé au départ. A tel point que dans le Game Design Document qu’on a produit fin janvier, il y avait pour chaque mécanique de jeu une version “jeu complet” et une version réadaptée aux contraintes de temps pour le prototype.

La Horde

En avril à eu lieu le Gamagora Game Show ou vous avez pu présenter “La Horde” devant plus de 300 participants. Qu’elles ont été les retours ?

La présentation s’est très bien passée, et globalement il y eu de très bon retours, pour un jeu étudiant bien sûr. Après trois mois passés la tête dans le guidon, ça nous a fait le plus grand bien. Je pense qu’au final on était surtout content d’avoir rempli le contrat.

Gamagorahttp://gamagora.univ-lyon2.fr

Et maintenant ? Qu’elles sont les projets pour “La Horde” ? Steam Greenlight ?

Maintenant ? A nous les millions !

Haha en fait non, depuis le début l’objectif de l’équipe c’était le Gamagora Game Show, maintenant chacun a des projets personnels différents, et retravailler tous ensemble hors du cadre de l’école me paraît compliqué. D’autant plus que comme je l’évoquais tout à l’heure on a vraiment orienté beaucoup de choses en fonction de cette contrainte de temps : pour faire le jeu complet il faudrait presque tout recommencer ! Et enfin, négocier des droits d’exploitation pour une oeuvre comme celle-ci serait sans doute un poil plus compliqué que de simplement demander l’accord d’Alain.

Ceci étant dit, il y a encore des tonnes de choses qu’on aurait aimé faire. Et puis ce livre mériterait (enfin) un vrai jeu ! Le futur le dira …

[slickr-flickr type=”galleria” flickr_link=”on” flickr_link_target=”_blank” align=”center” tag=”La Horde”]

Si vous êtes autant curieux que je l’est été, je vous n’avait plus qu’à cliquer ci-dessous pour télécharger le jeu et à retrouver les créateurs de La Horde sur leur site officiel et sur Facebook !

La Horde - Téléchargement

Vous aimerez aussi...

X

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :